French Cancans

...Papotages, bavardages et autres cancans.

La liste.

Written by French Cancans on janvier 29th, 2011

Au fil du temps, la liste des « trucs à racheter » change. Des besoins disparaissent, d’autres émergent…

- (en narguant ma soeur) C’est le dernier Pépito !

- (en plein DS)  J’ai plus de copie double…

- (avant le cours de natation) J’ai plus de Tampix :/ !!

- (avant que ce ne soit sérieux) On a plus de capote ?!!!

- (avant que ce ne soit très très sérieux) J’ai plus de pilule !

- (en m’engageant sur l’autoroute)  J’ai plus d ‘essence – merde-

- (pas plus tard qu’hier) On a plus de Pampers ?!!! 

Et là, qu’est ce qui m’attend d’excitant ? Avant le Stéradent  ?

La nouvelle…

Written by French Cancans on janvier 26th, 2011

On ne parlait que d’elle hier dans les couloirs du bureau, ça chuchotait ça roulait des yeux brillants « t’as vu la nouvelle ?! ». Moi, personne ne m’avait prévenue de son arrivée (pour me ménager ?) mais les incessants cancans me sont tout de même parvenus aux oreilles, et non, je n’ai pas encore vu la nouvelle. C’est qui celle-là ? C’est quoi ce bordel ?

On m’en parle l’air gêné, on vente (exagérément) ses compétences « elle sait TOUT faire…! » . Mouais. A force le doute s’installe, certains collaborateurs (managers malveillants) insinuent qu’elle bosserait plus vite et mieux que moi, que ses fonctions seraient plus étendues que les miennes. Trop c’est trop, je vais pas attendre 107 ans, je vais aller la voir, je vais me forger mon opinion et la faire dégringoler de son piédestal, à grand coup de barre à mine s’il le faut.

Justement, un collègue me chope dans le couloir et me pose LA question « alors tu l’as vue ? »  la moutarde me monte au nez, bon dieu je vais tout casser:

-  »Elle est où ? »

- A l’étage, viens je t’emmène, j’y allais justement. »

Le choc. Elle doit approcher les 2 mètres et, quel manque d’humilité, elle déballe au premier coup d’oeil l’étendue de ses fonctions : au moins 5 sortes de cafés,des cappuccinos, 3 sortes de chocolats, des thés en veux-tu en voilà et, coup de grâce, un potage à la tomate « une merveille » parait-il…La salope.

Je comprends illico que plus personne ne viendra boire son café dans mon bureau, source intarissable de potins, estuaire de fous-rires, port d’attache de confidences en tout genre, ma raison d’aller bosser, le sel de ma vie, MA VIE. Le tout, labellisé Bio et Max Havelaar, sur la vie de mère, il est bon mon café, gringo. Je sens alors ma C.D.E. (Capacité à Dramatiser les Evènements) prendre la main sur ma lucidité. Il me faut réagir ou cette garce va foutre en l’air ma journée.

Je me reprends, et je décide de faire l’inventaire de nos points forts respectifs, histoire d’évaluer mes chances de conserver mon monopole, avant de foutre la cafetière du bureau  sur e-bay : « Elle » ne renverse jamais une goutte de café sur la moquette / Mais JE nettoie mes catastrophes-sur-moquette dans d’improbables postures, parfois en mini-jupe ! Paf !1-0 pour moi, s’agissant de mes collègues masculins…Et ainsi de suite, les arguments s’enchaînent, j’envisage même le lancement d’un concours international de « potage tomate », histoire d’achever mon adversaire…

Au final, les collègues trancheront, le service « études » à d’ores et déjà mis en place des indicateurs de fréquentation de mon bureau à 8H30 et 14H, et des paris sont ouverts sur plusieurs sites internet spécialisés. Un tuyau : ne misez pas trop d’argent sur La Nouvelle, une « panne », c’est si vite arrivé…

Solo !

Written by French Cancans on janvier 21st, 2011

J’entends la salle qui gronde ça va être mon tour…

Jean-Louis Aubert me fait signe d’entrer sur scène, Bertignac m’accueille d’une petite tape sur les fesses (comme d’hab…un vieux truc entre nous…) et c’est parti j’attaque au chant :

« En voiture s’il vous plaît…S’il vous plaît !

Métro c’est trop…Métro c’est trop… »

Puis Solo guitare de Jean Louis. Je penche la tête, yeux plissés,  index levé battant le rythme, lèvres pincées…C’est beau.

Je reprends le chant, corps et âme, jusqu’à la fin du morceau. Public en transe, clin d’oeil de Jean-Louis et fin du morceau.

BON. 5 mn plus tard je coupe le contact de la bagnole. Le CD Live de Téléphone s’arrête net. J’arrive au bureau.

BON. 5 mn plus tard, au café,  mon collègue me lance :

« - Je t’ai fais des signes pendant 2 mn au feu de la boulangerie !!! Tu m’as même pas vu !! On aurait dit…je sais pas… T’étais penchée sur ton auto-radio,  les yeux fermés… Je me suis dit elle dort ou quoi ?

- A bon…? »

WAOUUU Coup de bol !!!  Il m’a capté pendant le solo de Jean-Louis, j’ai limité la casse : hier j’étais la guest star d’ ACDC, pour  Highway To Hell, ç’aurait pu être ma fête à l’heure du café…

La classe ouvrière…

Written by French Cancans on janvier 12th, 2011

Cette semaine j’ai retrouvé une jupe dans mon armoire (pour être précise, on pourrait parler « de fouilles archéologiques vestimentaires »…), c’est une petite jupe droite Burberry en velours, c’est un cadeau de ma tante Dolorès…Elle me l’a offerte, ainsi qu’à ma frangine, à l’époque où elle bossait dans un atelier de confection très haut de gamme, elle était couturière. Avant que le vêtement soit « griffé » de la marque de luxe, les couturières pouvaient acheter les vêtements pratiquement au prix du tissu…

A l’époque ma soeur et moi étions des étudiantes débraillées, et les cadeaux de Dolorès n’étaient pas toujours accueillis à leur juste valeur :

- Alors les filles ces jupes ??!!!

- Oeil torve des deux grungettes post-pubères : Mouais…t’as rien sans les carreaux marrons là…?

- Mais c’est du Burberry les fiiiilles !!!

Puis à  mon père:

« - Et toi Daniel le pantalon ?!

- Impec !

- Bah oui c’est Vuitton …! »

Donc, une partie de ma famille, fauchée comme les blés, d’origine étrangère, communiste, luttait pour ses droits et trimait à l’usine, mais en Vuitton ou en Burberry. C’est ce que j’appelle « La classe » ouvrière…

Un charter en Espagne…

Written by French Cancans on décembre 30th, 2010

Le réveillon de Noël est toujours un réel plaisir, je retrouve ma fratrie adorée, mes parents et ma grand-mère maternelle. On discute de tout et de rien, on se charrie pas mal et on rit beaucoup…Tout le monde en prend pour son grade, je ne fais pas exception…

Je souffre en effet  d’une réputation d’anarchiste administrative (à peine fondée…) et il est vrai que ma carte d’identité, périmée depuis 7 ans devenait un obstacle à l’organisation de certaines vacances…Quant aux Margoulins, eux n’avaient pas du tout de papiers depuis leur naissance, il était temps de prendre le dossier en main.

Donc autour de la table, c’est pas peu fière que j’annonce la réalisation de nos  cartes d’identité (j’ai pas précisé qu’elles moisissaient encore à la mairie, pas pris le temps d’aller les chercher…) !

Et là ma grand-mère (90 printemps)  commence à rire en évoquant sa propre carte : « elle est périmée depuis belle lurette mais je ne vais pas la refaire ! Manquerait plus qu’on me reconduise à la frontière !!! »

C’est vrai que du côté de ma mère on est   »100% Fabriqué en Espagne » et que la naturalisation n’avait pas été simple, d’après ma grand-mère : « ils n’aimaient pas les communistes au commissariat !  » :)

J’imaginais ma mère et ma grand-mère avec leur naturalisation remise en cause par  Hortefeux, moi, m’agripant à leurs chevilles et frappant les CRS de mes p’tits poings à la montée dans le charter…! Evidemment, on a rit…mais les situations de  naturalisés de pays plus « sensibles » nous touchent.

Alors on s’est tout de même mis d’accord sur un point : pour le renouvellement de carte d’identité, dans ma famille, on va attendre que la gauche repasse aux présidentielles…;)